vendredi 29 août 2014

Les parfums Le Galion font leur come-back !

     Comme vous l'avez sûrement lu ici et , la maison Le Galion revient sur le devant de la scène.  Celle qui fût célèbre jusque dans les années 60, vît le jour sous la houlette du parfumeur Paul Vacher (à qui l'on doit entre autres Arpège de Lanvin et, plus tard, le fameux Miss Dior). Brumes, Bourrasques ou Snob furent autant de noms qui ont peuplé le passé prestigieux de la belle endormie, qui prît son envol dès 1936, avec Sortilège, un floral aldehydé qui reste sans doute le plus connu de la maison, encore des décennies plus tard. 

 
 Tombée en désuétude dans les années 80, cette marque renaît aujourd'hui de ses cendres grâce à la curiosité de Nicolas Chabot, qui s'est pris de passion pour son histoire. Dans un contexte où les griffes anciennes ne cessent de refleurir, pour s'imposer sur le marché dit de la "Haute Parfumerie" (à plus ou moins bon escient d'ailleurs),  sa ténacité à mettre tout en oeuvre pour faire revivre Le Galion semble tout à fait légitime, surtout pour une maison dont la preuve de l'existence d'un passé glorieux n'est plus à faire.

   Parmi les 9 fragrances ressuscitées, on trouvera une Tubéreuse délicate et fraîche, un Iris aux résonances légèrement fruitées, un 222 très boisé et épicé, un Sortilège poudré, fleuri, aux effluves amandés (mimosa) et au coeur traditionnellement composé de rose, d'ylang-ylang et de jasmin, mais surtout une certaine Eau Noble et un Spécial Gentleman qui ont plus particulièrement retenu mon attention.

   Patrice sur son blog Musque-Moi a déja dit tout le bien qu'il pensait de cette Eau Noble, et on ne peut qu'aller dans son sens: cette fragrance de facture plutôt classique dans la veine d'une Eau Sauvage est d'un chic emprunt de sobriété et de bon goût. Une envolée un peu cologne, aux notes hespéridées (citron, mandarine, bergamote), soutenues du vert du galbanum et des traits aromatiques de la lavande, qui va se complexifier à mesure que s'installe la sauge sclarée au coeur du parfum et que se dessine un fond chypré (mousse de chêne, patchouli) aux effets presque cuirés. L'élégance se résume souvent à une apparente simplicité...


Special for Gentlemen m'a également séduite, peut-être parce que son registre olfactif vient flatter mes goûts personnels: un ambré à l'ouverture hespéridée et aromatique, un côté un peu fougère qui s'alanguit dans les baumes: une création qui fait un clin d'oeil à Jicky à mon nez, voire pourquoi pas à un Mouchoir de Monsieur (Guerlain).  Bergamote et lavande en tête, géranium en coeur, arrondi des facettes balsamiques de la cannelle: le tout s'enroule dans le labdanum et la vanille, sans oublier une pointe de castoreum pour apporter un peu de velouté et de richesse animale à la composition. Une composition au sillage puissant qui pourrait bien plaire aux amateurs du genre...

  D'autres fragrances complètent ce lancement: Whip, Snob, Rose... Mais je vous laisse découvrir tout ça par vous-même, chez Jovoy ou chez Colette.




2 commentaires:

Parfum en Scène a dit…

Joli article sur la renaissance de cette marque !

sophie normand a dit…

Merci, j'espère que les fragrances vous plairont tout autant!